JOK’AIR


Inclassable et empreint de liberté, voilà les termes qui définissent Jok’Air et sa longue carrière de rappeur. Cet enfant des années 90 grandit avec sa famille à la cité Chevaleret, dans le 13ème arrondissement de Paris. Très tôt, il développe un attrait pour les mots et l’écriture d’une part, et également pour les multiples sonorités qui bercent son enfance. À 12 ans, il se met à écrire ses premiers sons, qu’il rappe sur du hip-hop américain. À 13 ans, comme ses copains, Jok’Air achète un micro et seul sur son ordinateur, enregistre ses premiers morceaux qu’il fait circuler au collège. Un de ses clashs tombe dans les oreilles de son grand frère Davidson qui croit immédiatement et lui paye dans la foulée ses premiers enregistrements studio. « Je prenais les mêmes prods, le même flow, mais les textes étaient en français. C’était une bonne école ! ». Il a 14 ans et Jok’Air, de son vrai nom Melvin Félix, est déjà sûr de son destin : il sera rappeur. Sous l’aile de Davidson qui l’accompagne sur l’ensemble de sa carrière et prend la place d’un père absent, Jok’Air se lance pleinement dans le rap en parallèle de ses études et sort son premier projet La Carte à Jouer, « gravé sur des CD et distribué dans les cités du secteur. » Puis à 15 ans, Jok’Air embarque dans l’aventure une dizaine de ses copains pour former son ancien groupe la MZ. Managé et produit par Davidson, le groupe finalement réduit à trois membres, va durer 10 ans avec au compteur de nombreuses mixtapes, deux albums dont une certification Disque d’Or pour l’album La Dictature et en ayant convaincu le public et les médias.

En 2017, fort de toutes les expériences acquises, Jok’Air entame sa carrière solo sûr de lui et déterminé en présentant le titre C’est la Guerre, extrait de son premier EP Big Daddy Jok. Artiste prolifique, il offre la même année deux autres EP : Je suis Big Daddy et Jok’ Pololo. Jok’Air pose les fondations et infuse son style particulier : un mélange de douceur et de part sombre. Composée de rap dur et de sons mélodieux, sa musique est imbibée d’amour, de la valeur du travail et de phrases percutantes, le tout destiné à ceux dont il se sent proche : sa famille, Davidson, et ceux qui l’écoutent. La magie musicale opère, Jok’Air signe début 2018 chez le label Play Two et annonce quelques mois plus tard la sortie de son premier album Jok’Rambo composé de 17 titres éclectiques, reflets de son panel artistique. En 2019, moins d’un an plus tard, Jok’Air sort son deuxième album Jok’Travolta distillant des sonorités efficaces et bourré de belles collaborations allant d’Alonzo à Yseult en passant par Chilla et Laylow, qui a été couronné Disque d’Or. En juin 2019, l’artiste surprend encore une fois en prolongeant cet album d’une mixtape surprise Jok’Travolta : La Fièvre, contenant une quinzaine de collaborations (Hatik, Jazzy Bazz, Siboy, Alkpote, Juicy P, S.Pri Noir, Leto entre autres) et accompagné d’un film conceptuel comptant à ce jour plus 1,3 millions de vues. Jok’Air sait imposer une ambiance esthétique et un univers musical unique faisant de lui un artiste inclassable. Il est également très sollicité par différents artistes dont Hatik qui l’invite sur l’un des titres les plus joués en radio de 2020, « La Meilleure« .

Ses textes racontent son quotidien, son parcours et aussi ses blessures : le racisme, la pauvreté, l’amour et les déceptions sentimentales, ses proches et les paradis artificiels. Il mêle sa poésie à des phrasés plus brutaux, alternant le chant et le rap. De façon habile allant du son d’ambiance comme Club 27, ou Las Vegas, certifié Single de platine, à des sonorités américaines ou caribéennes comme Ne Pleure Pas, Jok’Air sait faire fusionner les styles, les musicalités, varier les flows et choisir subtilement ces featurings. Un style qui lui a valu une nomination aux BET Awards en 2019 dans la catégorie Révélation Internationale de l’année. Grâce à ces 6 projets en deux ans seulement, Jok’Air sait entretenir l’engouement du public avec cet univers prenant mais également avec la proximité qu’il entretient avec ceux qui l’écoutent : « Ils ne se rendent pas compte de la force qu’ils me donnent. » Alors Jok’Air prend régulièrement la route pour rencontrer son public : des dizaines de tournées et de tours de France, une centaine de dates en solo, dont une date à la Cigale à Paris et un concert à l’Olympia.

2020 fut l’année des certifications pour Jok’Air. En plus de son album JOK’TRAVOLTA certifié disque d’or, les titres « BONBON A LA MENTHE », « MON SURVET » et « SQUALE » sont singles d’or et le titre « LAS VEGAS » certifié single de platine. Une année particulière mais riche, que Jok’Air a couronné avec l’album « VIe RÉPUBLIQUE » en décembre, porté par le tube « Elles ont trop joué avec mon cœur ». Ce premier extrait est déjà certifié single d’or et a atteint le TOP 30 des diffusions radio et TV. 2021 sonne comme l’année de la consécration pour Jok’Air, avec une tournée de 2021 à 2022 passant par l’Olympia le 22 février 2022 !






Partagez le concert autour de vous